• Sébastien Layral

MANO SOLO AU BATACLAN


Les bénéfices de ce concert ont été entièrement redistribués à FAZASOMA.

Merci à toutes et à tous.

16 Mars 2006, 16heures. Le Bataclan : du bruit, de la musique, des lumières et le petit monde du collectif Je suis là. Mano Solo et Mazda au milieu des ingénieurs du son, des bénévoles, des tables et des câbles. Cliché figé de ce début de folle soirée…puis tout s’accélère. Les « mémés bourlingueuses », Francine et Claude, aidées de Fatiha, montent leur stand : statuettes en bois de rose et ébène, sculptures, coupoles, et autres chapeaux de paille couvrent les tables. Nous accrochons les tableaux, photographies, sculptures et dessins des netteurs de www.manosolo.net. Le tableau de l’artiste peintre Voahangy est placé sur scène pour rappeler qu’il est objet d’une tombola.

18H30 : les balances se finissent et la petite pause repas que nous nous accordons dévoile déjà une foule tranquille qui se masse aux abords de la salle.

A l’ouverture des portes, Nathalie, Aurore, Frédérique et Bruno distribuent les tracts à tous les spectateurs et les premières ventes se font sur le stand. La bonne humeur et les sourires sont là. Les lumières s’éteignent et pendant que les musiciens s’installent, les premières photos de Madagascar prises par Denis défilent sur écran géant. Un frisson parcourt le stand à la vue des visages d’enfants accueillis par FAZASOMA. Madagascar vient de rentrer de plein pied dans la soirée. KEBELU se lance, il y a la pêche et l’émotion :la foule est conquise et les spectateurs attendent déjà le CD.

GOANE prend le relais avec un succès toujours inchangé et la salle reprend finalement en chœur un refrain de circonstance « fazasoma ».

La salle s’allume pour permettre la venue de Mano et Isabelle qui accompagnent Claude et Francine, visiblement très émue par l’accueil chaleureux.

Les mots sont simples et directs, les fonds récoltés permettent les actions quotidiennes de FAZASOMA : aide aux enfants et aux plus désœuvrés, distribution de nourriture, achat de plants de riz, aide à la construction de puits, etc.

Les coordonnées bancaires de l’association s’affichent sur l’écran pendant que l’on rappelle que c’est tous les jours que Fazasoma a besoin d’aide par des virements réguliers. « c’est quoi 5 euro par mois ? un paquet de clope ? imaginez ce que vous tous ici pouvez amener avec 1 euro par mois » conclut Mano. Quand à la tombola : c’est avec magie que Mano a pioché le numéro 16, ticket de Claude…

Entracte et reprise des ventes. Certains acheteurs craquent sur une statuette, une carte postale ou un chapeau de paille. Certains vident leur poches simplement et contre rien. Certains dépensent tous les fonds qu’ils ont. Claude et Francine répondent aux questions et informent des spectateurs curieux.

Le noir se fait pour la dernière fois et Mano entre en scène en petit effectif. Tout s’arrête et comme d’habitude la foule oscille. Les vieux tubes s’enchaînent avec des nouveautés.

Mano se lance au saxo, sourire au lèvres quand les petits couacs enflamme la foule. Sur l’écran où défilent les photos de Mada, on voit apparaître un Régis tout sourire qui entame les premières notes du canal du midi pour un duplex amusant avant que NICOMAD ne vienne finir la soirée. La scène se remplit et c’est Mano, GOANE et KEBELU qui viennent reprendre le refrain de Nicomad « Madagascar la Reine, Reine des Mascareignes Madagascar Madame, Dans les âmes tu résonnes. »

Toute la salle se prend dans le rythme et après une brève interruption, Mano revient tout seul guitare à la main pour prolonger un peu la fête.

Le Bataclan se vide maintenant et les acheteurs retardataires font leur dernières emplettes. On démonte et on se tape la dernière bière au bistrot voisin. Enfin !

Merci à Mano solo, Goane, Kebelu, Fatiha, les membres du collectif Je suis là, les non membres qui ont donné un coup de main, Voahangy, les artistes, les non artistes et caetera.

43 vues